Le traitement des pierres précieuses

Les traitements autorisés

Les traitements chimiques ou thermiques des pierres, destinés à les rendre plus belles en modifiant leur couleur, sont plus ou moins tolérés. Les méthodes dites « traditionnelles de lapidaire » sont tolérées internationalement et leur usage est courant.

L’amélioration des rubis et des saphirs par procédé thermique

De nos jours, les rubis et les saphirs proposés sur le marché sont, pour la plupart, embellis par un procédé thermique consistant à chauffer la pierre afin d'améliorer sa couleur. C'est une méthode couramment utilisée qui ne fait qu'imiter la nature, les négociants de pierre estimant que dans la terre déjà, les pierres sont exposées à de très fortes chaleurs qui modifient naturellement leur couleur.

Le traitement des émeraudes avec une huile incolore

Les émeraudes sont trempées dans des bains d'huile naturelle afin de remplir les cavités ou fissures ouvertes en surface. Dans ce type de procédé, il faut utiliser une huile qui se rapproche le plus de l'indice de réfraction de l'émeraude. Mais au fil du temps, l'huile disparaît et la pierre ternit. L'huilage peut être renouvelé à l'infini. L'huilage incolore est réalisé par exemple avec de l'huile de cèdre.

Les traitements non autorisés

Les traitements non autorisés ont pour but de modifier la couleur de la pierre de façon frauduleuse et non naturelle. Les joailliers sérieux n’achètent pas ces pierres qui, de plus, peuvent ternir ou s’abimer dans le temps. Cependant, leur vente n’est pas interdite sous réserve que le traitement soit clairement mentionné sur la facture d’achat.

Le traitement des saphirs par diffusion

Certains saphirs incolores sont traités par « diffusion » pour obtenir un bleu profond. Ce procédé à base de colorants artificiels n’est pas autorisé sans mention explicite. L'achat d'une telle pierre doit se faire en connaissance de cause, son traitement doit être indiqué sur la facture d'achat.

Le traitement des rubis au plomb

On trouve des rubis opaques dans la nature, inutilisables en joaillerie. Leur porosité permet de remplir les fissures pour les rendre translucides. En France, la législation exige que l'on qualifie une telle pierre de « rubis composite » et non de rubis.

Le traitement des rubis au béryllium

Le béryllium permet d'améliorer la couleur du rubis, ou d'obtenir des pierres de couleur orangées. Il s'agit aussi d'un traitement par diffusion, qui doit être indiqué sur la facture d'achat.

Le traitement des émeraudes avec une huile colorée

Le procédé consiste à appliquer une huile de couleur verte sur la pierre de façon à en modifier la couleur d'origine. Ce traitement doit obligatoirement être signalé à l’acheteur.

Le collage des émeraudes

Un autre traitement est parfois utilisé : le remplissage des fissures à la résine. Ce procédé n'est pas recommandé. En effet, il est irréversible et éventuellement destructeur pour la pierre : l’émeraude se fendille et ses inclusions brunissent. Aucune amélioration n'est possible a posteriori.

La Maison Adamence garantit à ses clients que les pierres utilisées dans ses bijoux n’ont subit aucun traitement non autorisé.