Prix du diamant

La valeur du diamant dépend des « 4C » qui sont les 4 principaux critères de qualité utilisés dans le "Rapaport Diamond Report". Ce rapport régulièrement mis à jour est une référence qui permet de fixer le prix des diamants.

prix diamant

Comment évaluer le prix diamant : les 4C

La qualité et la valeur d’un diamant sont déterminées par un ensemble de critères que l’on appelle « les 4C » du diamant. Il s'agit de la couleur (Color), la taille (Cut), la pureté (Clarity) et le poids en carats (Carat). Il est important de connaître ces critères pour acheter tous vos bijoux en diamants ou un diamant seul et non monté, en toute tranquillité.

  • La couleur du diamant (Color) : Il existe une classification des diamants par couleur. Plus un diamant est blanc, ou incolore, plus son prix est élevé.
  • La pureté du diamant (Clarity) détermine le nombre d'inclusions visibles dans la pierre. Plus le diamant est pur, sans inclusion, plus le prix est élevé.
  • La taille du diamant (Cut) est le seul facteur humain. La taille s’évalue suivant des critères très précis.
  • Le poids en carat du diamant (Carat) : le poids du diamant est un critère important. Toutefois, le prix tient compte de l’ensemble des critères analysés dans les 4 C. Une petite pierre peut être beaucoup plus chère si elle est plus pure qu’une pierre d’un poids très supérieur.

Comment évaluer le prix diamant : les 4C

L’évolution du prix du diamant dépend de différents facteurs.

Le principal, comme pour l’or, est la situation économique et politique mondiale. En effet, l’incertitude qui pèse sur les marchés et les valeurs boursières est un facteur important d’évolution du cours des matières premières, y compris du diamant.

D’autres facteurs peuvent s’y ajouter, par exemple une crise majeure dans un pays producteur (conflit, grève des mineurs…) ou un pays importateur important. L’assèchement des mines existantes, la rareté naturelle de certains types ou de certaines couleurs de diamants, le forage de plus en plus profond et coûteux mais aussi la difficulté à trouver de nouveaux filons est aussi un facteur d’incertitude sur les prix dans le contexte d’une demande forte.

C’est le cas par exemple pour les diamants de « qualité gemme » (c’est-à-dire de qualité suffisante pour être utilisable en joaillerie et non seulement dans l’industrie) ou des diamants roses, très prisés des clientèles asiatiques et américaines mais dont la mine principale (Argyle en Australie) annonce la fin de ses réserves. Ces différents facteurs jouent en faveur d’une hausse du prix du diamant à terme.

Pour réguler les prix du marché, les grands groupes miniers (dont la De Beers) constituent des stocks afin d’éviter les fluctuations brusques de prix. Depuis le début des années 2010, une nouvelle incertitude vient de la production des diamants de synthèse, qui sont de vrais diamants mais dont la croissance a été programmée rapidement et artificiellement en laboratoire. Encore peu connus aujourd’hui, ils pourraient peser à terme.

En réponse à ce phénomène, les acteurs du marché du diamant mènent des campagnes pour démontrer au public que la vraie rareté, ce sont les « vrais » diamant : « Real is rare, real is diamond » est le maître-mot des campagnes de communication sur le sujet.