Mythes & légendes du diamant

Les premières découvertes du diamant

Le diamant au temps des pharaons

Dater la découverte du diamant est difficile. Au temps des pharaons, le diamant symbolisait le soleil, synonyme de force, de courage et de vérité. On le plaçait au milieu de la croix ansée du signe Ankh, hiéroglyphe égyptien signifiant “la vie”.

Le diamant "invincible"

Au VIIIe siècle avant JC, le terme “adamas” apparaît dans certains textes gréco-romains. Ce terme signifie “l’indomptable”, “l’invincible”. Réputé pour sa dureté unique, le diamant est synonyme d’« adamas” et il est désigné par ce terme. La mythologie veut également que Chronos ait changé un jeune homme appelé Diamant en pierre précieuse. Celle-ci devient la pierre précieuse par excellence, donnant une force et une chance incroyables. Elle renforce l’amour des époux tout en éloignant les discordes, elle tient à distance tous les animaux sauvages, les fantômes et autres terrifiantes présences de la nuit. Cette pierre est même un prodigieux antidote contre les poisons.

Le diamant au cœur du commerce en Inde

Au IVe siècle avant JC, quelques informations apparaissent dans les textes sanskrits en Inde. Il en ressort très clairement que l’on faisait déjà commerce du diamant. Le premier empereur des Indes avait fixé dans un manuscrit le montant des impôts prélevés sur l’exploitation des “vajra”, et un proverbe hindou affirme que “le vajra n’est rayé que par un autre vajra”. D’après des deux informations, on peut légitimement penser que ce matériau exploité, le « vajra », n’était autre que le diamant.

A l’époque, la taille du diamant était impossible. Dès lors, on peut s’interroger sur le fait que les hommes lui accordaient une telle importance et le considéraient comme précieux. Les raisons semblent purement mythiques : le diamant, en forme d’octaèdre, étant d’une harmonie parfaite (6 pointes aiguës, 8 facettes planes et 12 arêtes droites et tranchantes), il est consacré à la divinité Indra, terrible incarnation de la tempête, du tonnerre et de la foudre.

Les Indes ont été les premiers producteurs de diamants. La qualité de pierres est exceptionnelle. Les mines, épuisées aujourd’hui, sont celles qui ont donné naissance à de célèbres diamants tels que le Régent, le Koh-I-Noor ou l’Orloff.

Les vertus du diamant

Le diamant, symbole du Bien

La première description vient de Pline l’Ancien, au Ier siècle avant JC. Le philosophe parle du diamant comme d’une “joie rare de l’opulence invincible et réfractaire à toute violence qui se brise sous l’action du sang de bouc”. Le bouc, symbole du mal, de la bassesse et des forces démoniaques, s’oppose ici au diamant, symbole de la pureté et du Bien.

Le diamant, symbole de pureté

C’est ensuite grâce à sa pureté, à son éclat, dit adamantin, et aux incomparables irisations dues à la réfraction de la lumière que de multiples croyances sont nées. “Celui qui porte un diamant verra les dangers se détourner”, dit-on à l’époque aux Indes. Cette notion d’invincibilité a servi d’argument aux marchands indiens pour valoriser et vendre leurs cristaux au sein de l’Empire Romain. Présenté comme un talisman, le diamant échappait aux critères esthétiques. Toutefois, les pierres de forme parfaite ne devaient jamais passer les frontières des Indes. Ces gemmes fabuleuses étaient réservées aux castes supérieures, celles des brahmanes, tandis que les castes inférieures devaient se contenter des pierres de couleur.

Le diamant et ses vertus curatives

Au Moyen Âge, on prête au diamant des vertus curatives. La croyance populaire voulait qu’il guérisse une maladie par simple apposition sur une partie du corps. C’est seulement à la Renaissance que l’on s’aperçut que l’ingestion de poudre de diamant tuait plus qu’elle ne guérissait …quand le pape Clément VII mourut en avalant un médicament à base de diamant pilé. Celui-ci fut alors considéré comme un poison et devint un instrument des intrigues de la cour.

Le diamant, symbole de richesse et de puissance

Pierre de pouvoir, le diamant a été réservé aux grands de ce monde depuis l’origine, témoignant de leur richesse et de leur puissance. François Ier aimait porter de somptueuses parures, portant notamment un collier orné de onze gros diamants. Louis XIV, grâce à l’illustre voyageur et marchand Jean-Baptiste Tavernier, enrichit son trésor d’inestimables joyaux. Fin connaisseur en pierres précieuses et doué d’une vive intelligence, J-B. Tavernier fut le premier Occidental apprécié et accepté par les potentats orientaux. Il rapporta de ses voyages de nombreuses et précieuses informations transcrites dans des livres dont on peut encore aujourd’hui trouver une édition. C’est à lui que l’on doit de connaître l’histoire du diamant Koh-I-Noor.

Histoires légendaires du diamant

La vallée des diamants

Le diamant a toujours alimenté les légendes humaines. L’une d’elle, celle de de la « vallée des diamants », veut qu’Alexandre le Grand découvrît cette vallée couverte de diamants au cours d’une de ses campagnes aux Indes. Comme elle était gardée par d’innombrables serpents, Alexandre le Grand dut faire preuve de ruse pour y entrer : il utilisa des miroirs pour faire fuir les serpents, effrayés par leur propre reflet.

L'origine de la bague en diamant

La tradition de la bague de fiançailles est relativement récente en Occident. Nous devons cette coutume à Marie de Bourgogne qui reçut en 1477 une bague en diamants de l’Archiduc Maximilien d’Autriche.

Bien avant cette époque, les Egyptiens portaient déjà un anneau de fiançailles à la main gauche. Selon leurs croyances, la “veine de l’Amour” reliait le cœur à l’annulaire gauche.